Cuisine

Thanksgiving – Friendsgiving

Depuis le temps que je le souhaitais, cette année j’ai enfin célébré à nouveau Thanksgiving. C’est une tradition Nord-américaine que j’ai découverte lors de mon séjour au Canada il y a longtemps maintenant, et j’ai toujours aimé l’esprit contemporaine. Se réunir autour d’un bon repas (déjà rien que ça, ça me va !) et prendre le temps d’être reconnaissant pour ce que l’on a. En soi, on devrait le faire tous les jours, mais le partager avec des personnes que l’on aime, c’est encore mieux !

Les origines de Thanksgiving

Cette fête prend son origine dans l’action des autochtones qui aidèrent les colons arrivés en Amérique du Nord à survivre, à cultiver la terre de la bonne manière et à s’adapter au milieux. Pour les remercier, les colons les invitèrent à un repas fait des récoltes et de dindes sauvages. Et hop, depuis 400, c’est la fête de la dinde. Il y a aussi à l’époque une dimension religieuse à cette fête nord américaine : remercier Dieu pour le positif reçu au cours de l’année.

Naturellement, coté Amérindien, cette fête est beaucoup moins appréciée car vu comme une célébration de leur massacre et décimation. Ce qui était la terre providentielle pour les colons était avant tout le territoire dont ont été chassé les amérindiens. Il y a même des théories sur l’origine de Thanksgiving qui disent que cette fête était prévue pour célébrer la victoire des colons sur une tribu d’amérindiens qui avait été combattue et exterminée sous prétexte d’un crime pour lequel on ne connaissait pas vraiment le coupable. Du coup, l’origine de cette fête, c’est pas la joie de tous les cotés et certains remettent même en cause sa célébration, ce qui est compréhensible.

Aujourd’hui, Thanksgivings est célébré le quatrième et dernier jeudi du mois de novembre au Etats-Unis. C’est un des seuls jours fériés qui est national. C’est une fête très importante, les américains profitent du weekend de quatre jours pour se réunir en famille. Alors qu’ils vont plus spontanément partir pour des vacances à Noël, la réunion de famille est immanquable pour Thanksgivings. D’ailleurs on ne laisse pas seule une personne pour ce weekend, elle sera invitée chez des amis si elles est trop loin des siens. Il est aussi courant que les foyers pour les personnes démunies donnent de bons repas la veille de Thanksgiving.

Au Canada, car c’est dans ce pays que j’ai célébré pour la première fois Thanksgiving, un équivalent existe, fêté le deuxième lundi du mois d’octobre. C’est à l’origine une fête des moissons. Mais alors pourquoi le fêter en France ?

Gratitude, reconnaissance et partage

Nous n’avons pas, en France, d’équivalent aussi célèbre. Nous nous retrouvons en principe, traditionnellement, en famille à Noël par exemple. Nous n’avons pas de fête de la reconnaissance et de la gratitude nationale. Et pourtant je trouve l’esprit vraiment positif. (Je dis bien l’esprit, car oui, on l’a bien vu, l’histoire est floue et pas forcément jolie jolie à l’origine)

J’aime beaucoup l’idée de se réunir autour d’un bon repas avec des gens que l’on apprécie particulièrement pour passer un bon moment, profiter et être reconnaissant. Partager un temps de cuisine autour des fourneaux, profiter de remuer la purée pour réfléchir pourquoi on le fait, pourquoi on est reconnaissant et trouver le positif. Car oui il faut bien préparer le traditionnel petit discours ou chacun son tour, autour de la table, dira pourquoi il est reconnaissance, ce qu’il est heureux d’avoir reçu au cours de l’année.

Alors c’est vrai, on pourrait faire ça à n’importe quel moment de l’année, et selon n’importe quelle tradition. On pourrait même le faire toutes les semaines, et chacun pourrait (devrait ?) prendre le temps de réfléchir tous les jours au positif. J’essaie d’ailleurs d’ajouter plus de ce genre de moment de réflexion dans mon quotidien. Mais les rituels, les traditions, ce sont aussi des moments repères, des immanquables. Et puis, il n’y a rien de mal à reprendre une tradition à sa façon, tant qu’on y trouve un sens.

Alors plutôt que de créer de toute par quelque chose, cette année j’ai repris Thanksgivings. J’avais l’idée depuis longtemps, l’envie de retrouver cet esprit depuis que je suis rentrée du Canada mais je n’avais jamais sauté le pas, j’y pensais trop tard, je n’avais pas la place pour recevoir ou pas le temps car ça tombait au moment des examens. Je n’ai, certes, toujours pas beaucoup de place pour recevoir, mais cette année je m’y suis prise à l’avance, j’ai lancé les invitations (des vraies, un joli petit carton avec une belle image et un petit texte que l’on reçoit par la poste) pour bloquer un moment. Je me suis inspirée pour en faire un Friendsgiving, une fête des amis. Je me suis dis que puisque la famille avait Noël comme moment, pourquoi pas donner Thanksgiving aux amis.

Au menu

L’entrée

On a fait simple en préparation : on a choisi un magret de canard fourré au foie gras, qu’on a simplement accompagné d’une salade. Vous pouvez retrouver ce produit qui vient de la Ferme de Rolbec (page facebook). C’est un vrai délice, la cuisson est parfaite, le foie gras est cuit comme il faut, on le retrouve bien et la quantité est généreuse !

Le plat

On était quatre, et comme je n’avais pas le droit de faire une quantité de nourriture pour un régiment complet (ma spécialité) on a pris un gros poulet plutôt qu’une dinde qui aurait nourrit tout le quartier. On a farci la volaille avec une préparation maison à base de veau haché, de foie de volaille, de porto blanc, de lard et de raisins secs.

En accompagnement, j’ai préparé une purée de patate douce et une poêlée de marrons/mélange de champignons.

Le dessert

A la base je voulais faire un seul gros gâteau mais pour s’adapter aux goûts de chacun on a fait plusieurs petites choses. On avait donc des cookioches, un cheesecake à la crème de marron et des muffins au potimarron. L’élu de mon cœur de ce soir, pour les desserts c’est clairement les petits muffins. Quant aux cheese cake j’ai eu quelques problèmes pour les faire cuire, notamment parce que mes moules ont fuit, ils étaient donc un peu trop cuits et j’étais déçue parce qu’après la cuisson on ne sentait plus vraiment la crème de marron.

Vous pouvez retrouver ma recette de muffins à la courge ICI.

La soirée fut une réussite, pleine de rire et de bons moments qui réchauffent le cœur. Rendez-vous à l’année prochain !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s