Cuisine·Dans la cuisine·Transition douce

La cuisine – Etat des lieux

Depuis des années maintenant j’aime cuisiner, prendre le temps de préparer mes plats. Depuis que je vis dans mon propre appartement j’ai continué à cuisiner en approfondissant sans cesse cette envie de tout faire moi-même. J’ai toujours fait attention à la qualité des produits que je prends. Mon plaisir quotidien c’est vraiment la cuisine. Et plus j’en fait plus j’aime ça.  

Même en étant étudiante, je n’ai quasiment jamais acheté de plats tout fait à réchauffer au micro-onde, le dernier remonte à bien longtemps. Pour les midis à la fac et au travail en été, je continue de me prendre de temps à autre des salades ou des repas en extérieur mais cela se raréfie aussi. Je privilégie les plats que je prépare à l’avance et que j’emporte dans ma boite. J’essaie de limiter, surtout pour ma santé à la base, l’achat de petits gâteaux et autres sucreries et grignotage en tout genre. Je n’ai jamais vraiment aimé les bonbons, même étant petite, je n’en achète donc jamais.  

La base dans ma cuisine n’est donc pas mauvaise. Cela n’en fait pour autant pas une cuisine modèle, loin de là. Les emballages sont encore très nombreux. Le taux de bio et de local n’est pas élevé (je suis étudiante pour le moment, financièrement ce n’est pas simple). La viande est de moins en moins présente dans mon alimentation mais j’en mange toujours et les habitudes sont coriaces. Je fais depuis longtemps la chasse aux bouteilles en plastique mais le verre ça casse, j’en ai fait les frais, et je n’ai pas encore de gourde en métal.  

Depuis quelques mois, je prends le temps de varier les endroits où je fais les courses pour avoir accès à plus de choix et des prix différents aussi. Je me mets petit à petit au vrac, le bio est de plus en plus présent dans le cadi de courses surtout pour des produits dont les prix ne sont pas trop impactés (la viande bio en supermarché : presque impossible pour une étudiante). Je fais attention à l’emballage de ce que je n’achète pas en vrac, je prends mes sacs pour les fruits et légumes. Je vais plus souvent au marché au marché car les prix ne sont pas forcément plus hauts lorsqu’on fait attention et que l’on prend chez les producteurs et on les revendeurs.

La base n’est donc, comme je le disais, pas si mauvaise, mais il peut y avoir encore beaucoup d’améliorations. Alors c’est parti ! 

Vous pouvez retrouver l’explication de ma démarche sur ma transition vers un mode de vie plus éco-responsable dans cet article : Transition douce – Ma démarche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s